The Dark Knight

Ça y est, je l’ai enfin vu, le dernier Batman ! Je m’attendais à un film d’action bien noir, et… j’ai été plus que bien servie par ce « Dark Knight ».


J’ai toujours été fan des films de Batman, à commencer par les quatre films sortis dans les années 90 : « Batman » (1989), « Batman returns » (1992), « Batman Forever » (1995), et « Batman et Robin » (1997), qui m’avait d’ailleurs lassée de l’ambiance un peu kitch que Schumacher avait imposée aux deux derniers volets.


La sortie de « Batman Beggins » en 2005 m’avait redonné goût aux aventures de l’homme chauve-souris. Le côté sombre et réaliste du film, et l’interprétation de Christian Bale m’avaient d’ailleurs un peu fait oublié les acteurs précédents ayant revêtu la tenue de latex noir. J’attendais donc une suite digne de ce premier opus…


Un immeuble en feu, un Joker terroriste. Le film ne ferait-il pas référence aux événements de 9/11?

Affiche américaine
© Warner Bros. Galerie complète sur AlloCiné

Si Bale m’avait impressionnée dans « Begins », il m’est apparu un peu en deuxième plan dans ce « Dark Knight ». Tout simplement parce que mon attention a été spoliée par deux autres acteurs qui ont parfaitement su insuffler la vie à leur personnage.


Aaron Echart donne à Harvey Dent une candeur et une détermination collant parfaitement bien à l’image du « chevalier blanc » de Gottham City. Il sait parfaitement transmettre aux spectateurs les doutes grandissants de Dent alors que la situation lui échappe. Sa chute finale du côté des ténèbres n’en est que plus douloureuse, et on en vient presque à plaindre Harvey « Double-Face » Dent, alors qu’il commet des crimes presque aussi horribles que le Joker.


Heath Ledger crève complètement l’écran dans le rôle du Joker. C’est la première fois depuis Hannibal Lecter (joué par l’excellent Anthony Hopkins) qu’un personnage me fait aussi froid dans le dos. Le Joker est fascinant par son cynisme, ses mimiques burlesques et ridicules exécutées aux moments les plus dramatiques, et est haïssable par sa cruauté et son injustice. Il n’y a rien bon dans ce Joker ; il tue parce que c’est amusant, avec sadisme parce que cela met encore plus de sel. Un vrai terroriste dont le but et la logique échappent à l’entendement humain. Du coup, le Joker interprété par Nicholson a l’air d’un enfant de chœur à côté de ce Joker-ci. Le seul reproche que l’on pourrait faire, c’est que Ledger n’a pas mis en avant le côté « humour noir » du Joker tel que Nicholson l’avait interprété. Il faut dire que l’humour n’est pas exactement à l’honneur dans ce film…


Le Joker version “clean” (Jack Nicholson) et version “trash” (Heath Ledger).

Je ne sais pas si le personnage du Joker ressurgira dans les futures séquelles de ce film, mais l’acteur qui devra succéder à feu Heath Ledger aura du pain sur la planche pour faire oublier cette interprétation et s’imposer dans le personnage.

4 Comments

on “The Dark Knight
4 Comments on “The Dark Knight
  1. Coucou!

    Ca fait plaisir de te relire.
    Nous sommes alles voir le film la semaine de Obon aussi et sommes egalement ressortis de ce film seduits par les interpretations des acteurs. Completement d’accord avec toi concernant les deux interpretations du Joker et de Harvey Dent qui releguent Batman au rang de troisieme role!
    Bises!

    Armelle

  2. C’est vrai qu’au Japon, il est sorti avant la France (pour une fois)!

    J’étais à la bourre côté post cet été. Je devrais donner des précisions dans un autre post bientôt.

    Bises!

  3. Bien aimé en effet, mais je préfère lorsqu’il raconte comment il a eu ses cicatrices, avec un rasoir à la main…

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

You may use these HTML tags and attributes: <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>